Comment concevoir aujourd’hui la « causalité psychique » ?

COLLÈGE DE CLINIQUE PSYCHANALYTIQUE DE PARIS

UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT

CENTRE DE RECHERCHES PSYCHANALYSE, MÉDECINE & SOCIÉTÉ

Frédéric Pellion, séminaire de recherche 2013-2014

Comment concevoir aujourd’hui la « causalité psychique » ?

ARGUMENT. Il est devenu très difficile de penser le fait psychique indépendamment de considérations sur son supposé substratum neurobiologique. Cette difficulté intime à la psychanalyse de redire ses raisons, et ce en même temps qu’en quelque sorte elle les invalide par avance. À quelle(s) cause(s) cet effet appartient-il ? Aux résistances à la psychanalyse ? À l’attrait de la pensée rationnelle pour les modèles réifiants ? À l’échec des psychanalystes à faire partager l’originalité de leur conception de l’ « étiologie » — là où, au dix-neuvième siècle, physicalisme et mentalisme représentaient encore deux « visions du monde » alternatives, le premier paraît s’être arrogé le monopole de la causalité — ? À ces différents facteurs pris ensemble ? On repartira de la notion de « causalité psychique », proposée par Jacques Lacan en 1946, pour : 1) en resituer la formule dans le contexte qui l’avoisinait ; 2) remonter à ses sources — en particulier à ce qu’elle doit à une lecture de Descartes — ; 3) suivre son devenir dans l’enseignement de Lacan ; et enfin, 4), explorer sa capacité à éclairer, et déplacer, les termes actuels du débat.

Le séminaire se tiendra à 14 heures les

21 novembre,

5 e1 19 décembre 2013,

16 & 30 janvier,

6 février,

6 & 20 mars,

3 avril,

15 mai,

5 & 19 juin 2014,

au Centre Hospitalier Sainte Anne, service du docteur François Eldin de Pecoulas, salle d’enseignement du pavillon K.

Connexion