L’enfant et la mort

L’enfant et la mort

SAMEDI 7 FEVRIER

Organisé par Laurie Laufer et Mi-Kyung Yi

Téléchargez le programme détaillé

Intervenants

Danièle Brun,

Isée Bernateau,

Anne Charnaux-Labbate,

Philippe Forest,

Karinne Gueniche,

Laurie Laufer,

Daniel Oppenheim,

Emmanuel Pernoud,

François Richard,

Catherine Vanier,

Mi-Kyung Yi ,

Jean-Michel Zucker

Argument

" Est-ce que quand on est mort, c’est pour la vie ? « ; » ce qu’il y a de terrible dans la mort, c’est qu’on ne sait pas qu’on est mort ". A l’instar de ces mots d’enfant, la mort dé-route la pensée et le langage. Encore davantage, lorsque la mort frappe à la porte de l’être qu’on espère promis à avoir toute la vie devant lui. L’enfant et la mort, comme le face à face entre l’aube et la nuit. Un skandalon, pierre d’achoppement. Et pourtant, la rencontre de l’enfant avec la mort, y compris celle qui menace sa propre vie, n’est pas destinée à demeurer sans écho. A condition de trouver une présence qui se laisse interroger et atteindre parfois au plus profond de son être. L’enfant aux prises avec la mort pourrait ainsi faire naître des paroles interrogatives et des tentatives de réponses à l’indicible énigme, comme en témoignent différents champs cliniques en médecine et en psychanalyse. De même, l’histoire de l’art et la littérature en portent les empreintes. Entre l’enfant et la mort existe aussi tout un monde de pensées confiné dans l’ombre. C’est que comme le note Ginette Raimbault, si l’enfant ne rencontre que silence et mensonge, l’enfant lui aussi se tait. Dès lors, au-delà de ce que la « mort enfant » donne à voir, à vivre et à penser, pourrait-on espérer laisser résonner la voix infantile brutalement tue ? : " Ca m’est égal de mourir, disait une enfant gravement malade, à condition que tu sois avec moi

  • Université Paris Diderot
  • Amphi Buffon
  • 15 rue Hélène Brion
  • 75013 Paris
JPEG - 68.3 ko
Mort Maxi

Documents à télécharger

Connexion